Page d'accueilInfosContacter le webmestre  
-
|
--- -
|
News
- --- -
 
-
|
--- -
|
Diemer
- --- -
 
-
|
--- -
|
Parties
- --- -
 
-
|
--- -
|
Livres
- --- -
 
-
|
--- -
|
Liens
- --- -
 
-
|
--- -
|
Culture
- --- -
 
--- --- --- --- --- --- ---
LE MAX EUWE CENTRUM
Entretien réalisé et traduit par Dany Sénéchaud.

 

Connaissiez-vous l'existence même du
Max EUWE-Centrum?

Non... Alors je vous propose ici de prendre l'exacte mesure du caractère unique de Centre international dévoué à Caïssa. Notre guide est Léo C. M. DIEPSTRATEN avec qui j'ai d'abord joué deux parties par correspondance dans le cadre du tournoi mondial consacré au facétieux Gambit Letton. On peut donc considérer que l'entretien suivant commença dès 1994. Enfin, cet échange prit la forme dont vous allez prendre

connaissance, lors d'une première rencontre, en juin 1996. Aurais-je dû titrer : "Le Max EUWE-Centrum d'Amsterdam, un Institut unique au monde" ?... C'est que Monsieur DIEPSTRATEN, Troubadour des Échecs, éminence grise et propagandiste dévoué, est de ces amateurs qui, simplement, forcent le respect. Portrait :

    

Dany Sénéchaud : Le Max EUWE Centrum (P.O. Box 11513 - 1001 GM Amsterdam) entre dans sa onzième année d'existence. Pourriez-vous nous dire quelque chose sur sa création ainsi que sur votre investissement personnel dans le projet initial ?

Léo Diepstraten. : En 1981, Prof. Dr. Max EUWE nous quittait et je fus alors appelé pour constituer un comité qui examinerait les possibilités de commémorer valablement le grand homme des échecs hollandais. J'avais dans l'idée de mettre sur pied un Centre où les joueurs pourraient se rencontrer les uns les autres et étudier ensemble.
Les premières années nous avions d'abord besoin de réunir l'argent nécessaire à l'élaboration d'un tel lieu. En 1986, enfin, nous avions assez pour démarrer :
D'ores et déjà étaient réunis des jeux, des trophées, des photos et d'autres documents en tous genres pour ouvrir un musée et aussi 250 doublons de la bibliothèque de EUWE (son immense bibliothèque fut léguée à l'Université d'Amsterdam). Nous pouvions également louer un local près du Palais Royal (Paleisstraat) et deux étudiants firent le premier inventaire des objets exposés.
Pour ma part, j'ai eu l'opportunité de donner tout mon temps libre pour le Centre du fait d'une retraite prise assez tôt, après 25 années d'exercice comme directeur du personnel à la radio et à la télévision catholiques. J'étais ainsi le premier bénévole du Centre et membre de la première équipe dirigeante.
Je me souviens avoir visité, au tout début encore, plusieurs grands éditeurs de livres d'échecs en Allemagne, tel que Walter RAU à Düsseldorf et Kurt RATTMANN à Hambourg. A peine avais-je annoncé l'ouverture d'un Centre à la mémoire du regretté Professeur EUWE, qu'aussitôt ils me donnèrent un grand nombre de leurs ouvrages pour notre bibliothèque. Je me souviens très bien de la scène, à Düsseldorf, où Béatrice RAU me dit de prendre autant de livres que ma voiture pouvait en contenir !

D. S. : Il semble, à vous entendre, que la bibliothèque du Centre connut un essor rapide ?

L. D. : Effectivement. D'autant plus que, pour assurer la pérennité financière, nous lançâmes une Fondation avec des donateurs qui pouvaient être des joueurs, des Clubs d'échecs, mais aussi des organismes et industriels qui désireraient devenir nos partenaires. Afin de maintenir un suivi avec tous ceux-là parut bientôt un fascicule trimestriel - the Max EUWE-Centrum Newsletter -, dans lequel j'annonçais (et j'annonce encore aujourd'hui !) les acquisitions de livres, les expositions et activités dans notre musée. Dans chaque livraison, je donnais également un aperçu de tous les articles théoriques sur les ouvertures que je pouvais trouver dans la multitude de revues d'échecs existantes et que nous commencions de recevoir régulièrement.
Il arriva aussi que la famille de grands joueurs nous gratifient de lots conséquents de livres. Maintenant, notre fonds s'élève à plus de 6000 livres ; ceci sans compter les années, souvent complètes, d'à peu près 120 magazines venus de tous les continents.
A tel point que, après quelques années d'expansion de notre bibliothèque et de nos activités, le besoin se fit ressentir d'accéder à un local plus important. Nous trouvâmes ce qu'il fallait dans un nouveau square jouxtant le Vondelpark. La municipalité d'Amsterdam (plusieurs anciens bourgmestres de la ville sont joueurs confirmés !) paieraient la location du nouvel édifice et le conseil municipal décida de rebaptiser ce square : Max EUWE-Plein et le pont joignant la Vondelpark à cet endroit : DONNER-Bridge en mémoire de J.H. DONNER qui fut, après EUWE, le plus talentueux de nos Grands Maîtres et écrivain célèbre.

Haut de la page
D. S. : J'imagine qu'avec un tel appui des autorités locales, ainsi installée et reconnue, votre équipe put s'atteler à la tâche "platonicienne" de votre intention de départ : Fonder une Académie !

L. D. : (Rires) Je ne sais pas si j'aurais osé utiliser pareille référence à l'époque ! Mais il est vrai que c'est bien ce projet qui, après le déménagement bénéfique, reçu toute notre attention.
A présent, notre Académie internationale prospère durablement. Internationale, d'abord, parce que nos voisins de Belgique peuvent venir y suivre les cours. Ensuite, parce que les conférenciers invités, des Grands Maîtres talentueux tels que ANAND, GELFAND, HORT, KORTCHNOÏ, NIKOLIC, etc, sont issus de tous les endroits du monde. L'Académie vise deux types d'auditoire : D'une part, les jeunes prodiges promis à une belle carrière de joueur. D'autre part, les joueurs de Club divisés en deux catégories (< à 1600 et < 2000 points ELO). Les cours se déroulent un peu partout en Hollande et même en Belgique (Gent et Antwerpen). L'auditoire ne dépasse jamais le nombre de vingt participants. En outre, chaque printemps, le square du Centre est investi par un immense festival (Tournois et Simultanées).

D. S. : Je connais votre intérêt pour les multiples facettes culturelles de la "mosaïque échiquéenne". Ne me dîtes tout de même pas qu'il ne s'agit plus à l'heure actuelle, que de technique de jeu et d'organisation de tournois, dans l'enceinte du Max EUWE-Centrum ?

L. D. : Non, bien sûr ! Tous les aspects sont représentés. Sur l'esplanade, toujours, nous organisons bi-annuellement un grand marché aux livres. Chacun peut y venir y vendre ou acquérir un livre épuisé, rare, etc. Nous avons régulièrement des séminaires par exemple sur les Échecs et les Arts plastiques; le thème échiquéen dans la littérature; la psychologie et l'intelligence artificielle (nous accueillâmes Adriaan De GROOT (1), âgé aujourd'hui de 82 ans, à plusieurs reprises); des congrès d'historiens des jeux. Au congrès de 1994, ils venaient du Japon, d'Angleterre, d'Allemagne, d'Italie, d'Autriche et de Russie.
Non vraiment, il y en a pour tous les goûts ! En novembre de la même année, nous avons même accueilli un Symposium mettant en liaison jeu d'échecs et Management. Étaient présent deux cents entrepreneurs qui traitaient sur les questions de Stratégie de la Décision. Les intervenants étaient des entrepreneurs et des joueurs parmi lesquels nos deux "locaux" Jan TIMMAN et Dr. VONNO.
La Hollande est un pays où l'on aime jouer, pas qu'aux échecs d'ailleurs, mais à toutes sortes de jeux. En somme, dans notre Institut, beaucoup viennent parce qu'ils apprécient le jeu plus que le temps d'une simple partie !

D. S. : Les visiteurs se déplacent aussi pour admirer les joyaux exposés dans le musée. Combien de jeux y-a-t-il là ?

L. D. : D'abord, j'aimerais faire une distinction. Pour jouer, nous possédons une cinquantaine de jeux et un peu moins d'une dizaine d'échiquiers électroniques. Ce qu'apprécient les amateurs, c'est qu'ils peuvent venir s'adonner à leur passion dans une grande salle où sont exposées les photographies de tous les champions et championnes du monde du jeu !
Pour ce qui est, maintenant, des jeux de collections, le sujet de votre question, le Max EUWE-Centrum en possède 35 et 125 autres sont en dépôt. Ils proviennent du monde entier, datent d'époques différentes et sont fabriqués avec toutes sortes de matériaux : Or, argent, porcelaine, bois, ivoire, stéatite, os, etc.

D. S. : Avec le Max EUWE-Centrum, endroit unique en son genre, nous avons une Académie, une Bibliothèque, un Musée, un Palais des Congrès, un Festival. Y aurait-il un secteur de vos activités que nous n'aurions pas envisagé encore ?

L. D. : Je crois, quand même, que l'essentiel a été dit ! Néanmoins, depuis quelques années, ce dégage également une demande auprès de nous : Celle des Chercheurs.
Avec le matériel déjà mentionné, j'ajouterai d'ailleurs au détail : les Archives BECKER, les Archives BOOGAARD, les Archives VERBURG qui contiennent, au bas mot, 110 000 parties manuscrites et classées par ouvertures, des milliers de finales étudiées qui attendent encore une publication ! Assez remarquables, également, les Archives LEMS qui consistent en une immense collection de rubriques échiquéennes parues dans les journaux des années 30.
Depuis que j'ai édité un livre nommé 250 Years of Correspondence Chess in the Netherlands, pour lequel j'avais fait une recherche pointue, beaucoup d'auteurs m'ont contacté, dont Prof. Dr. Carlo Alberto PAGNI de Turin et Riccardo Da CONTI de Firenze et, bien sûr, des hollandais. Ainsi, comme eux, chacun d'entre vous peut nous contacter pour demander une recherche. Cependant, l'organisation de notre microcosme échiquéen, comme tout autre, a un coût et une contribution sera demandée. Actuellement, un donateur contribue à la hauteur de 25 Florins. En échange, il reçoit nos annonces de publications et d'activités au sein du centre.

Haut de la page
D. S. : Puisque vous mettez le doigt sur l'aspect financier de tous ces services que vous proposez pour servir au mieux la culture des échecs, on l'aura compris, j'aimerais vous interroger sur le point suivant : Comment comprenez-vous le fait que ne se développe aucun autre Institut similaire ?

L. D. : La question est épineuse... En principe, je pense qu'il devrait y avoir plusieurs lieux de ce type voués à notre passion commune. Cependant, cela exige un investissement important, un climat échiquéen et financier très sain et une connaissance appropriée de toutes les facettes culturelles du jeu et de ceux qui y travaillent. De surcroît, il n'y a qu'une ville ayant une grande tradition dans ce domaine qui puisse porter un tel projet de façon durable !
Il y a eut la tentative d'une Fondation à Londres, mais elle n'a pas survécu. Celle-ci n'exista pas plus de seize mois. La location était mauvaise, il n'y avait pas de bibliothèque mais seulement un point de vente et un lieu pour jouer. De plus, l'endroit n'était pas vraiment accessible pour les jeunes.
En Espagne, ils ont essayé d'ouvrir une Académie (KASPAROV) mais je crois qu'ils n'ont pas connu le succès du fait que les cours étaient trop chers !
Nous avions un très bon contact avec BOTVINNIK et lorsqu'il vint ici, à Amsterdam, il fut impressionné d'abord par l'envergure de notre bibliothèque. Très peu de temps après, c'est Alexandre BACH, le représentant russe auprès de la FIDE qui nous rendit visite, accompagné de Mme PETROSSIAN. Ils envisageaient de faire un Centre à Moscou. Bien sûr, il y avait déjà la célèbre École de BOTVINNIK, mais la bibliothèque était inexistante m'avait-il dit. A Moscou, l'accès au local est un problème. Là-bas, cela coûte beaucoup trop pour leur Fédération.
Le développement le plus récent concerne KASPAROV qui devait essayer de maintenir un Centre vivant à Tel Aviv. Il voudrait faire construire l'édifice. L'argent y est, peut-être aussi le climat depuis l'immigration massive de joueurs russes d'origine juive. Tout de même, il n'y a pas encore une véritable tradition. Cependant, la bibliothèque du regretté joueur israélien CZERNIAK pourrait être mise à disposition.
Une délégation de Tel Aviv était encore récemment chez nous pour faire le point.
En Hollande, nous avons environ 30 000 joueurs organisés mais surtout beaucoup d'amateurs du jeu; peut-être plus d'un million ? Ensuite, nous avons ici des tournois prestigieux comme celui des "Hauts-Fourneaux". Beverwijk, Wijk aan Zee (depuis plus de cinquante ans !), les tournois de jeunes à Groningen, le tournoi "Interpolis" de Tilburg, le Mémorial EUWE et le Mémorial DONNER, etc, sont des repères attendus par les professionnels. Enfin, il est évident que la grande notoriété du regretté Professeur EUWE, ex-champion du monde, ex-Président de la FIDE, écrivain et scientifique éminent, a largement contribué à notre présente réussite.

D. S. : Avez-vous une image précise de la pratique du jeu en France ?

L. D. : Pas exactement. Plutôt une vue d'ensemble. Historiquement, les échecs modernes se sont déployés dans la vieille Europe : En Espagne d'abord (LUCENA, RUY LOPEZ), en Italie (Leonardo Da CUTRI, POLERIO, GRECO), en FRANCE (PHILIDOR, St. AMANT, De La BOURDONNAIS) en Angleterre (STAUNTON, LEWIS), en Allemagne enfin, avec Von BILGUER, Von Der LASA, BLEDOW, STEINITZ. Mais aussi, pour l'Espagne, l'Italie et la France, plus rien !
Je crois savoir, aussi, que l'arrivée de SPASSKY sur votre territoire fut propice à un renouveau. Vos deux prodiges LAUTIER et BACROT sont deux références qui doivent compter dans l'expansion de votre Fédération. Cependant, il manque encore une tradition de la formation des jeunes. J'imagine que le tournoi de Belfort et le club de Lyon ont apporté une reconnaissance européenne, mais il est vrai que vous n'avez pas non plus une tradition de tournois de dimension mondiale.
Au demeurant, vous avez l'une des meilleures revues : Europe-Echecs.
Des échecs français, je connais également une joueuse, Murielle CLEMENT. Il y a quelques années, elle travailla avec nous, comme bénévole, à l'Institut.
Elle enseigne au Conservatoire d'Amsterdam. Un Opéra de sa composition, (2) basé sur une partie LJUBOJEVIC-KASPAROV, fut donné en novembre 1996 au Théâtre d'Amsterdam, dans le cadre de la commémoration de notre dixième anniversaire !

Haut de la page
D. S. : Le moment est venu de clore cet entretien. Revenons un instant sur vos activités. A voir le dynamisme passionné, à entendre votre parole alerte sur toutes sortes de sujets échiquéens, je suppose que vous donnez encore beaucoup pour l'essor du Max EUWE-Centrum, n'est-ce pas ?

L. D. : Un rappel, si vous le voulez bien : De 1986 à 1992, je travaillais chaque jour au Centre. J'étais secrétaire de l'équipe dirigeante, éditeur de la Newsletter, organisateur et bénévole dans le Centre. Maintenant, nous avons une secrétaire à plein temps, un directeur à plein temps et un agent technique, également à plein temps. Et encore une douzaine de volontaires assidus. De sorte que, dorénavant, chaque semaine, je ne passe qu'une ou deux journées sur place.
J'ai 72 ans, j'ai besoin de temps aussi à la maison pour écrire mes livres et articles. (3)
Également, ma femme, mes enfants et petits-enfants demandent attention. Je suis très fréquemment en vacances ! D'ailleurs, depuis l'immédiat après-guerre, je suis venu en France, chaque année. A ce propos, laissez-moi vous confier un secret :
Tous mes livres furent, en grande partie, écrits en France ! Au grand Pressigny, pas si loin que cela de Poitiers, à "Creysse chez Martel" en Dordogne et à Boussoulet près du Puy.

1) Dernier ouvrage paru, en collaboration avec F. GOBET ; Perception and Memory in Chess Studies in the Heuristics of the "Professional Eye". Van Gorcum Ltd. Assen 1996. Dans son jeune temps, avant de se consacrer à ses recherches en psychologie cognitive, il jouait au niveau de Maître. Pour la petite histoire, il pratiqua le Gambit Letton avec réussite, en 1932 !

2) Opéra pour 2 sopranos et un échiquier. Version audio : www.dds.nl/~schaak/sketchesofchess.htm

3) 1995-97 : Lettisch Gambiet. 3 tomes. Venlo, Pays-Bas.
2000 (?) : Chess and the art of painting in the Netherlands.


in Bulletin de l'Amateur, n 4, 1997
avec l'aimable autorisation des anciens Directeurs de la Publication
Bernard Guérin et Dany Sénéchaud

Haut de la page
© Reyes 1997-2007 (Reproduction interdite sans autorisation)